Double prescription de doliprane pour la saison 3 de Dark sur Netflix

Ciné - Séries Publié par June le


Hello les geekous, si vous nous suivez assidûment depuis des années, vous n’aurez pas loupé mes chroniques sur Dark. Pour les deux petits nouveaux au fond, vous pouvez découvrir les articles sur la première saison et sur la deuxième saison en cliquant sur ces liens. 

La troisième et dernière saison de Dark a été mise en ligne sur Netflix le 27 juin dernier (ui je suis en retard) et juste pour clore cette boucle (olé), je me devais de vous partager mon ressenti. Une chronique avec spoilers (je préviens) car il est tout bonnement impossible d’en parler sans révéler le schmilblick des derniers épisodes. Alors si tu pense que Dark n’est un polar allemand sur des enfants qui disparaissent, je te conseille de passer ton chemin, de regarder les trois saisons et de revenir pleurer pour exprimer ton ressenti.

 

Retour vers le futur du subjonctif passé

Ah … que penser de cette dernière saison ? Demandez à la June juste après le bingewatching ce qu’elle en pense et elle hurlera probablement “Mais c’est de la grosse merde, mon weekend est fioutu !”. Par contre, à l’heure où j’écris ces mots (soit quelques semaines plus tard), mon avis est tout autre. Autre, certes, mais toujours pas très clair. Il est difficile pour moi de savoir si j’ai aimé cette saison 3 tant elle est fascinante, pathétique, décevante et géniale (oui, tout ça en même temps). Je l’ai appréhendée sereinement au vue des nombreux retours positifs des fans glanés sur les réseaux sociaux. Tellement sereinement, que je n’ai pas replongé le nez dans l’arbre généalogique de la fin de la saison 2 que j’avais réalisé. Résultat, j’ai passé les trois premiers épisodes à froncer les sourcils, faire pause et réfléchir à ce que chaque personnage avait fichu auparavant. Cela m’aura d’ailleurs donné une belle migraine. Une migraine que j’aurais traînée tout au long de cette longue saison 3. 

 Adam et Eve

Vous reprendrez bien un peu de Doliprane ?

On le sait, Dark est une série compliquée à aborder parce qu’il est question de voyages et de paradoxes temporels. Ce sont des concepts parfois durs à appréhender pour les néophytes (et c’est normal, on a pas l’habitude des voyages temporels dans la vie vraie). Les scénaristes ont ajouté une couche de mal de crâne en ajoutant un shitload de personnages répartis globalement selon 4 familles, dans différents axes temporels et … drumroll … différents mondes parallèles. C’est la grande nouveauté de cette saison 3 (entrevue à la fin de la saison 2) : non seulement, on bouge dans le temps mais on s’aperçoit que quelque part, il existe un monde semblable à Winden mais avec des différences notables. Sans être dans du parallèle total (perso méchant dans l’univers A = gentil dans l’univers B), on nous montre un monde assez différent de celui qu’on a connu pour nous retourner totalement le cerveau. Là où une date s’affichait à l’écran en saisons 1 et 2 pour se situer dans le temps, dans la saison 3 une transition vidéo avec une sorte de “woosh!” (assez dégueu je dois dire) nous indique quand on passe de l’univers A à l’univers B (et inversement). Et il est toujours question de voyage dans le temps hein donc repérez-vous aussi avec les dates à l’écran (putain de yoga du cerveau).

Un combat entre le mal et le bien ?

Dark nous a toujours présenté une vision des choses assez manichéenne. Jonas est le personnage principal qui se bat contre la fatalité de la vie pour sauver ceux qu’il aime. On introduit les personnages de Noah et d’Adam en saison 2 pour nous montrer le visage de la haine. Et tout ça se craquelle un peu lorsqu’on apprend qu’Adam est Jonas dans un futur très éloigné. Bim, premier coup bas pour la team des gentils ! Et j’avoue avoir assez aimé cette idée qu’un personnage sympathique puisse avoir un côté sombre et qu’il fasse le mal pour faire le bien (et inversement) = Ulrich qui retourne dans le passé pour blesser l’homme qui a supposément enlevé/tué son frère et son fils.

Le vieux Tanhaus

Cette vision méchants contre gentils revient au début de la saison 3 en nous présentant le personnage d’Eva, sensée être la tête pensante d’un groupe “bienveillant” qui veut préserver les choses mais pas trop (vous sentez que je perds pied là ?). 

Des boucles au cerveau

S’en suivent un enchaînement d’épisodes trop compliqués pour être suivis à fond. Vous pouvez aisément faire du coloriage sur votre smartphone ou checker vos mails pendant ce temps là. De toute façon, que vous soyez concentré ou pas, vous n’aurez pas tout. On nous introduit un personnage énigmatique : l’inconnu. Enfin, on suppose qu’il s’appelle comme ça puisque son prénom n’est jamais révélé. L’inconnu, c’est en fait trois versions d’une même personne : un enfant, un homme et un vieillard. Particulièrement bien renseigné et peu agréable, il passe son temps à intimider les habitants de Winden et parfois les étrangler avec une corde (sympa le dude). On comprend à un moment qui il est mais au final son importance est moindre. C’est dommage, il avait l’air intéressant. Finalement je comprends ce choix avec le final puisqu’en fait ben … il n’a pas d'intérêt à être développé.

Winden, present time

Déception ? P’tete ben qu’oui, p’tete ben qu’non

Je revendique mes origines Normandes pour cet intertitre. J’ai trouvé cette fin un peu frustrante dans le sens où Jonas, Martha et la plupart des personnages n’existent pas ou plus une fois l’origine modifiée. Je trouve cela dommage d’avoir développé à fond l’amour entre Jonas et Martha pour au final, balayer cette idylle de la vraie réalité (bon OK ils sont responsables de cette modification de l’origine …). Tout cela me rend un peu MEH, vous savez cette sensation quand vous pensiez ressentir un truc et quand ça arrive ... ben vous êtes genre MEH.

Note globale

5/10

Si j'avais pu noter la série en MEH/10, je l'aurais fait. Je ne suis pas mécontente que la série soit terminée mais il faut bien avouer qu'elle nous aura fait vibrer pendant quelques années et qu'elle soulève des thématiques intéressantes !

Les plus :

  • Méchants VS gentils bousculé
  • Développement du personnage de Tanhaus
  • Enfin la série est terminée #dezdez

Les moins :

  • Tout ça pour ça ?
  • Difficile de suivre les épisodes
  • Histoire d'amour inutile au final ?

Partage cet article !

Tags associés :
série netflix Dark

June

À propos de l'auteur de l'article : June

Bébé licorne-chat chez Geekmick. Passionnée de cinéma et de science fiction depuis son plus jeune âge grâce à papa fan de jeux vidéos. Biberonnée à Tomb Raider et Syberia. Aime : les mindfucks dans les films, cette impression de ne plus savoir vivre quand tu as fini une série et les chats (partout tout le temps). Particularité : sait placer habilement en chaque fin de soirée une compilation de deux heures de lolcats sur YouTube. Expression fétiche : le « tu vois » des connasses en fin de phrase. Secret honteux : a vu Moulin Rouge près de 176 fois. Sachez que Le chat est à June ce que la licorne est à Violaine.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager cette page