Déconstruction du mythe des super héros dans The Boys

Affiche The Boys

Hello les geekous, je voulais absolument revenir sur une belle découverte que j’ai faite au hasard lors d’une soirée télé en manque d’inspiration. Mon chum me dit « On essaye The Boys, c’est Amazon qui produit, je crois que Seth Rogen y est mêlé et ça parle de poutrer ces connards de super héros ? ». J’ai du lui sortir un truc du genre « meehhh j’aime pas les super héros mais Seth Rogen me fait rire, au pire on perd quelques neurones ».

Et c’est ainsi que j’ai découvert The Boys (série Amazon Prime donc) qui est largement inspiré du comic du même nom sorti entre 2006 et 2012. Même si la série prend quelques libertés par rapport à la bande dessinée, on me dit dans l’oreillette que c’est assez proche (j’attends que Le Geek me prête les premiers pour vérifier moi-même) !

Je vous laisse sur ce petit teaser qui vous permet de faire connaissance avec les deux teams : les Supers et les Boys. Une bande annonce avec Wanabee des Spice Girls, ça ne se refuse pas !

Travaux pratiques n°7 : choisir la bonne arme en fonction de l’adversaire.

Dis moi ce que tu veux, ce que tu veux vraiment, vraiment. Tuer des méchants ?

The Boys c’est l’histoire de Hughie, gentil petit nerd d’une trentaine d’années qui vit sa petite vie entre son job de vendeur dans un magasin d’électronique et son amoureuse Robin. 

Passionné par les super héros qui peuplent son univers, il va malencontreusement se rendre compte que ce ne sont qu’une bande de vendus orgueilleux sans réelle humanité. Et cette réalisation violente lui sera permise par le meurtre de Robin par A-Train, l’un de ces supers dont le pouvoir est d’être « l’homme le plus rapide du monde ».

Il va être approché par Butcher, un homme mal léché violent et vulgaire qui va attiser sa soif de vengeance en lui proposant de se joindre à son groupe pour tuer les Sept (super héros). Butcher veut la mort de Vought, la société qui encense ces super héros pour en faire des emblèmes nationaux.

On va alors faire la connaissance des acolytes hauts en couleurs de Butcher pendant que Hughie sympathise avec Stella, la dernière recrue des Sept. Annie, de son vrai nom, a rêvé de sa carrière de super héroïne depuis son enfance et se rend compte de la supercherie en faisant la connaissance des autres super héros.

Pour faire court, The Boys met une claque au mythe des super héros bienveillants amoureux de leur patrie et se moque gentiment des films de ce genre. Résolument violente et crue, la série nous propose une histoire de vengeance et de course au pouvoir sur fond de mensonge d’état et ça marche FOUTREMENT bien !

Starlight, A-Train, The Deep, Queen Maeve, Black Noir et Homelander

Choisis ton camp : le bien ou le mal ? Pas si évident …

J’ai jamais aimé les super héros, leur côté « je suis forcément un gentil » m’a toujours énervée surtout lorsque ça s’accompagne d’un physique de premier de la classe avec des pectoraux énormes (c’est de toi que je parle Steve Rogers). Je me disais que ça cachait un truc sale.

Et dans cet univers on est servi. The Deep (l’homme-poisson), Transcluscent (l’homme invisible), Queen Maeve, Black Noir, A-Train (l’homme le plus rapide) et le chouchou Homelander (le protecteur) sont tous aussi pourris les uns que les autres. Que ça soit leur goût pour les drogues, les partouzes ou encore pour leur popularité auprès des américains, ils sont tous vaniteux, irrespectueux et ignobles … derrière les caméras. Car aux yeux du grand public, ce sont les chouchous des USA qu’on veut engager dans l’armée du pays pour les défendre lorsqu’il ne sont pas à l’affiche d’un film les mettant en scène.

On va assister à plusieurs scènes hallucinantes où les Sups (comme on aime à les appeler) négligent des civils, abusent des femmes et révèlent leur nature cruelle. On comprend assez vite pourquoi nos « Boys » ont envie de les anéantir surtout que certains ont de très bonnes raisons de leur en vouloir.

Capture du comic d’une scène mémorable dans la série.

Mention spéciale à Homelander que j’ai adoré détester parce que c’est un personnage machiavélique et très intéressant. J’ai eu d’énormes fous rires lorsque The Deep apparaît à l’écran. C’est le bon bougre de la bande totalement débile et sûr de lui. L’un de ses « pouvoirs »  étant de dialoguer avec les poissons donne des scènes inoubliables.

On croirait pas comme ça mais c’est eux les gentils.

La crème de la crème en matière de fine équipe

Face aux Sups, nous avons donc l’équipe des Boys composée de Butcher (dont nous avons parlé plus tôt), Mother’s Milk subtilement renommé La Crème dans la VF, Frenchie un français (duh) spécialisé en armement, notre chouchou Hughie  et « la fille », une machine de guerre muette rescapée par l’équipe. Et mon coup de cœur est attribué à … #drumroll … Frenchie

Frenchie est un petit cœur de beurre avec un accent anglais typiquement Français. Derrière son côté violent et bricoleur d’armes tueuses, le petit Français est doué d’une sensibilité incroyable limite cœur d’artichaut. Il va d’ailleurs remuer ciel et terre pour sauver “la fille” (qu’il nommera “mon cœur”) dont on découvrira le vrai nom plus tard.

La Crème ne m’a pas particulièrement marquée si ce n’est le fait que c’est un papa amoureux de sa gamine et de sa femme qui va replonger dans son ancien métier de loubard aux côtés de notre Team de vengeurs. Le personnage qui a retenu toute mon attention c’est le très charismatique Butcher. Ne serait-ce que pour son accent dégueulasse et son attitude désinvolte. Je ne peux que vous conseiller de regarder la série en VO (ou VOSTFR) pour profiter de ses magnifiques “FOOKIN” et autres bondieuseries dont on raffole.

Le petit gars choisi pour interpréter Hughie prend très à cœur son rôle de petit loser nouvellement assassin de super héros. L’auteur de la BD a imaginé le personnage de Hughie selon les traits de l’acteur Simon Pegg – ce qui a beaucoup plu à l’acteur anglais. On le retrouve dans le rôle du père de Hughie dans la série. Je vous laisse le soin de googler quelques planches du comic pour vous rendre compte du physique du personnage de Hughie.

Homelander quelques secondes avant de séparer la mer en deux.

Le bien et le mal, une question de point de vue ?

Alors je ne vais pas aller plus loin et j’espère vous avoir donné envie de mater la série. Elle se positionne très bien niveau audiences pour un lancement fin Juillet. 9gag et Reddit en ont fait la série de l’année et les scènes gores ponctuent nos timelines depuis quelques semaines. C’est à mon goût une série très réussie à laquelle on espère une suite mais j’ai bon espoir que cette dernière soit renouvelée. Le final de la série est très réussi et donne très envie de voir la suite. Je ne peux attendre que ça arrive alors je vais me lancer dans la lecture des 72 bandes dessinées pour voir ce qu’il se passe.

Puisqu’il faut toujours trouver un petit point noir, je dirais que les deux derniers épisodes, moins rythmés que les six premiers, ralentissent un peu l’action. Mais les dix dernières minutes remontent le niveau avec un final assez inattendu qui sent bon le pourri pour la suite !

Mais j’en viens à me demander : qui est le plus pourri ? Ceux qui tuent par vengeance ou ceux qui tuent par négligence ? Vous avez deux heures.


Ma note finale

9/10
Tags from the story
, ,
Written By
More from June

The Sinner : serait-ce péché de passer à côté de cette série ?

Il fallait absolument que je vous parle de la série The Sinner....
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *