The Awesome Adventures of Captain Spirit : La poésie selon DONTNOD

Les Aventures Extraordinaires de Captain Spirit

The Awesome Adventure of Captain Spirit est sorti gratuitement sur Steam, PS4 et Xbox il y a quelques semaines. Décryptage du court jeu inscrit dans le Marvel Cinematic Univers de « Life is Strange ». LIS a été pour moi une pure révelation lorsque je l’ai découvert en 2015. Un peu après tout le monde comme d’habitude (et parce que je ne connaissais ni Geekmick, ni sa charmante créatrice), le jeu m’a transportée. J’ai toujours pensé (à tort faut croire) que les jeux étaient toujours pauvres scénaristiquement parlant. L’histoire de Maxine Caulfield – petit être sensible plein de lumière- m’avait émue au plus haut point et m’a clairement fait changer de point de vue sur la question. Et je ne suis pas la seule, en attestent les articles rédigés par Violaine sur le sujet. A contrario, j’ai été plus déçue par Life is Strange : Before the Storm, que j’avais trouvé capillotracté et surtout en dessous du premier opus. Mais la chronique de Violaine sur le sujet rendait tout cela plus fun. Je la cite beaucoup, on dirait que je fais de la lèche à ma « patronne ».

La seule chose que je retiens de ce prequel, c’est la bande-son. Tous les titres sont allés direct dans ma playlist. Mais on reparlera de cela plus tard, une fois de plus DONTNOD a su maîtriser le sujet.
« The Awesome Adventures of Captain Spirit » (qu’on va résumer à « Captain Spirit » pour raccourcir) est arrivé comme une cerise sur le gâteau pour moi. Il était grand temps pour moi de mettre Fortnite en pause #guiltypleasure. Le petit cadeau signé DONTNOD est un pur joyau. Voilà c’est dit. Merci June aurevoir, article terminé.

I got the power

Retour en enfance

Captain Spirit s’ouvre sur un magnifique panorama d’une forêt enneigée. On ne sait pas trop où on se trouve mais cela pourrait à première vue ressembler à Arcadia Bay en hiver – ou tout au moins ses environs. Au milieu de tous ces arbres blancs se trouve une maison quelconque.

On atterrit ensuite dans la chambre du protagoniste qu’on va incarner : Chris Eriksen, petite tête blonde de 9 ans. J’ai été tout de suite émue par le réalisme de la typique chambre d’enfant un peu geek sur les bords comme je l’imagine. S’en suit une superbe scène d’intro où Chris joue avec des petits personnages en bois attaqués par une sorte d’alien invisible. Ce gamin qui imite les voix de ses comparses me rappelle cette douce époque où on en faisait de même (en lisant des Tom-Tom et Nana par exemple). Lorsque les petits personnages semblent être sur le point de succomber à leur assaillant, Chris fait surgir en lui son alter-ego autoproclamé : Captain Spirit – super héros capable de contrôler la matière avec son esprit. Ni une ni deux, Captain Spirit les sauve d’une mort certaine en faisant décoller le vaisseau à toute vitesse par télékinésie.

Chris est ravi que son pouvoir soit toujours au point et décide d’immortaliser ce moment en dessinant son alter-ego/héros. On peut alors choisir sa tenue et voir enfin à quoi il pourrait ressembler. La scène d’intro se termine sur ce magnifique écran titre. Sblaaam.

Les Aventures Extraordinaires de Captain Spirit

Famille idyllique

Alors oui, à première vue cela peut paraître enfantin et un peu facile. Mais ne vous imaginez pas une seconde dans un jeu pour enfants, les thématiques abordées sont encore une fois assez sombres. En avançant, vous allez vite vous rendre compte que sa Maman est décédée et que son Papa, porté sur la bouteille, est loin d’être une figure paternelle. J’avais eu cette même impression dans Life is Strange – premier du nom : derrière le côté time-travel très SF se cachait un fond très sinistre à base d’effet papillon destructeur et de crimes atroces. J’en ai froid dans le dos en y repensant. Foutu Mark Jefferson.

Chris va devoir faire face à un père tantôt semi-sympatique (question de point de vue), tantôt GROSCONPUTAIN où vous aurez clairement envie de fuguer dans la neige. Afin d’avoir un peu de challenge, tout de même, vous aurez des petites quêtes à accomplir comme trouver un costume de super-héros, trouver un super trésor etc… Comme tout petit garçon, vous aurez aussi quelques tâches ingrates à effectuer, à vous de voir si vous souhaitez être un petit garçon modèle ou pas. Je vous conseillerai notamment de ranger les cadavres de bières et de lancer une tournée de linge pour découvrir quelques petites choses intéressantes. En fouillant dans la maison, vous tomberez sur de nombreux articles de journaux et courriers manuscrits qui vous aideront à bien situer les événements de cette famille.

Best Dad of the Year... Nope

Pluie de feels

Avec une petite heure de jeu (ou deux tout au plus pour les plus tatasses), cette mise en bouche signée DONTNOD aura eu le mérite de m’émouvoir. Pour tout vous dire, j’ai recommencé l’épisode une deuxième fois. Une première fois à l’instinct. J’avais imaginé Chris comme un petit garçon doux, poli et très affectueux. J’ai donc voulu maintenir cette sensibilité pendant le jeu en essayant de ne pas être trop dur et juste. Parfois à contre cœur, notamment dans l’exploitation de la relation avec son père qui a mis à rude épreuve mon envie de bien faire. Au cours de ma seconde partie, je suis repartie de zéro et ai essayé de tenir tête et de faire le contraire de ce que mon instinct m’avait menée à faire au premier abord – et par conséquent boucler ces fichues quêtes avant que la fin ne sonne !

Si le lien avec les mécanismes de Life is Strange pouvait vous sembler absent durant cette épisode, tenez bon, car à la fin, tout cela prend sens. La frustration de n’avoir joué que très peu de temps avec ce gamin sera consolée par le potentiel d’une suite.

Rencontre avec Mantroid

Régal des oreilles

Et parce qu’un jeu DONTNOD veut forcément dire bande son parfaite, il fallait que je vous parle des morceaux choisis. Vous vous souvenez de l’intro sur fond de paysage enneigé? Celle-ci est bercée par le morceau « Death with Dignity » de Sufjan Stevens, sorte de balade orchestrée par un duo ukulélé / piano qui fait du bien. Il est à mon sens, la parfaite représentation d’une journée au chaud à la maison à regarder le temps passer dehors. La scène finale de Captain Spirit, assez marquante, pour être soulignée se termine sur un morceau résolument électro : « Parade » du petit français RONE. Ce morceau a fait mouche à la rédac’, personnellement il tourne sur ma playlist depuis que j’ai bouclé l’épisode. Je vous laisse le soin de vous « ambiancer » en l’écoutant. La bande son est une fois de plus en adéquation totale avec l’environnement décrit dans l’univers Life is Strange : doux, poétique et qui remue le cœur et l’esprit. Les 3 créations de l’univers ont clairement fait grossir mon répertoire musical avec de belles découvertes.

Et après Captain Spirit?

Alors on espère très fort revoir Chris dans une suite de ses aventures ou bien pourquoi pas comme personnage principal de Life is Strange 2? La sortie du premier épisode est prévue pour le 27 Septembre prochain (bientôt <3) et je peux vous garantir que la team Geekmick sera au rendez-vous. Les spéculations vont bon train sur le net concernant cette suite et l’ont imagine mille hypothèses. Cette mise en bouche en tout cas nous aura donné envie d’en savoir plus et cela promet pour la suite.

Et là on danse

Written By
More from June

The Haunting of Hill House : Et si vos cauchemars d’enfant vous suivaient à l’âge adulte?

Hello les geekous, June au rapport. J’avais (diablement) envie de vous parler...
Read More

1 Comment

  • Salut ! J’ai vu la bande-annonce de ce jeu juste avant sa sortie, mais je l’ai complètement oublié ensuite. Je rajoute Captain Spirit sur ma liste à essayer au plus vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *