Test PC – The Wardrobe : le point and click nostalgeek qu’il te faut

Test du point and click The Wardrobe sur PC

Parfois je me demande comment des petites perles vidéoludiques peuvent passer autant inaperçues dans la gamosphère. La dernière en date : The Wardrobe. Développé par C.I.N.I.C Games et édité par Adventure Production, The Wardrobe est un point and click en 2D bien fun qui nous vient tout droit d’Italie. Sorti le 15 février dernier, cette petite pépite n’a eu que très peu (ça tient à peine sur les doigts d’une main) de critiques en France et seulement 89 évaluation sur Steam. Monde cruel.

Personnellement, je n’en avais moi-même pas du tout entendu parler. C’est en fouillant parmi mes tags recommandés sur Steam et en cherchant un jeu d’aventure marrant à moins de 15 boules que je suis tombée dessus. Bah ouais, après avoir dû recommencer Syberia 3 à deux reprises (souci de sauvegarde) j’avais un peu envie de fraîcheur. Amatrice de point and click façon LucasArts il ne m’en a pas fallu beaucoup pour me laisser séduire par ce jeu inspiré des grands classiques de mon enfance et son intriguant squelette.

Un squelette dans le placard

Test PC de The Wardrobe : le scénario

The Wardrobe vous plonge dans la peau de Skinny, squelette ado amateur de métal. Avant de devenir un tas d’os à sweat capuche, Skinny pique-niquait tranquille avec son bestah Ronald. Jusqu’à ce que ce dernier lui fourre une prune dans la bouche (en tout bien tout honneur). Pas de bol Skinny était allergique. Le voici donc condamné à passer le restant de ces jours dans une armoire dans la chambre de son pote. « Un squelette dans le placard » (avoue toi aussi on t’as fait ch*** en cours d’anglais avec les expressions à la con comme « a skeleton in the closet », perso ça m’a marquée), à l’image du lourd secret qui hante Ronald depuis le décès de son ami.

The Wardrobe : un squelette dans le placard

Enfin décidé à sortir du placard pour parler à Ronald et libérer son âme de ce fardeau, Skinny découvre que ce dernier a disparu et que des déménageurs sont sur place. C’est là que vous entrez en jeu, pour le plus grand désespoir de Skinny qui aurait préféré se débrouiller seul. Loin d’être dénué d’humour et de sarcasme, ce dernier ne va pas hésiter à vous en mettre plein la tronche.

Son doublage très réussi – précisons que le jeu est jouable en anglais sous-titré français et ça c’est cool – et le fait qu’il s’adresse directement au joueur en font un personnage réellement attachant. A tenter des combinaisons et interactions improbables, on a un peu l’impression de jouer le débile du duo (à l’image de Jay avec Silent Bob, ou Jules avec Vincent, tu vois l’tableau ?). Les répliques cinglantes s’enchaînent : « T’es tellement stupide », « Je vais t’offrir un face-hugger à ton anniversaire », « oh une machine à suicide, je vais la laisser pas loin de chez toi, des fois que t’en ais besoin »… Oui, The Wardrobe ne vous ménage pas et ne fait pas dans le politiquement correct. Et bordel de cul ça fait du bien !

Seul petit regret : j’aurais aimé que Skinny ait un poil plus de répliques en stock. On se reprend trop souvent des « ta demande est un peu malsaine » alors même que parfois il n’en est rien (je voulais juste tremper ce gode dans la bière, où est le problème ?!).

Test PC The Wardrobe : le perso s'adresse au joueur
Amitié vache jvous l’dis !

Il n’empêche qu’une vraie petite amitié vache se créé durant les 7-8h de jeu qui vous attendent (si comme moi vous galérez sur certaines énigmes farfelues, le temps passe vite). Ouais je suis devenue pote avec un squelette bot, ça te pose un problème ?! Je trouve d’ailleurs un peu dommage qu’il ne nous laisse pas un petit message d’au revoir. C’est qu’on est un peu triste de le quitter notre petit tas d’os.

Références pop culture : yen a JAMAIS trop !

The Wardrobe : références pop culture
Un clin d’oeil fun à Stranger Things

Visuellement, The Wardrobe c’est du pur bonheur en boîte, ou plutôt en démat’. Impossible de se lasser de la petite quinzaine de tableaux style cartoon à fouiller de fond en comble. Façon « Où est Charlie ? », The Wardrobe c’est un peu « Où sont les 200 références pop culture » (je dis ça au pif hein, j’ai pas tout compté t’es fou toi). Je serais presque tentée de vous faire une grille imprimable de références à rayer une fois trouvées, mais pour ça faudrait que je coupe toute vie sociale pour quelques soirées. Et faudrait aussi que je sois sûre que vous soyez un minimum à vous lancer dans l’aventure.

Références Pop Culture dans The Wardrobe
Alors, vous en comptez combien ?

Que vous soyez amateurs ou non de point and click vous ne pouvez absolument pas vous permettre de passer à côté de The Wardrobe. Surtout si vous êtes amateurs de pop culture (en même temps qui ne l’est pas ?). C’est un ordre.

Si les années fin 80 & 90 sont fort bien représentées, le point and click est également truffé de références pop culture très récentes. Une des dernières en date ? Stranger Things. Le jeu n’hésite pas non plus à clasher Naughty Dog pour son Crash Bandicoot remasterisé. Il distribue aussi ça et là des petits clins d’oeil aux LucasArts comme Monkey Island ou Day of the Tentacle. On sent qu’on a affaire à de vrais amoureux du genre. Ils s’en sont largement inspirés pour proposer un point and click unique parfait pour les nostalgeeks que nous sommes.

The Wardrobe clash Naughty Dog

Le jeu n’oublie personne en multipliant les références aux jeux vidéo, au cinéma, aux séries, aux mangas et même au métal. Pour n’en citer que quelques unes en vrac : Assassin’s Creed, Skyrim, Johnny Bravo, Matrix, Terminator, l’Age de Glace, Retour vers le futur… Je n’en dirai pas plus car là est toute la magie de The Wardrobe.

Bon le point and click a tout de même ses petits défauts ! Déjà, on est carrément lâché dans la nature et les énigmes sont un poil trop farfelues par moment. C’est d’ailleurs le moment de vous faire un aveu : j’ai triché deux fois en allant matter un walkthrough…#shameonme. Mais bon vu que chui pas une grognasse ma poto qui a rejoint le game a maintenant la chance de pouvoir profiter de mes petits indices subtils quand elle est bloquée. Le problème c’est que certains éléments sont vraiment juste là pour décorer et faire plaisir aux nostalgeeks mais ne servent finalement à rien dans l’avancée. D’autres qu’on aurait tendance à négliger s’avère à l’inverse utiles.

L'humour dans The Wardrobe point and click nostalgeek

Ensuite, on peut reprocher une fin un peu trop abrupte (j’étais pas prête…). Mais on lui pardonne largement ces petites imperfections pour le simple fait que The Wardrobe c’est frais, c’est super drôle et surtout c’est dans l’air du temps. Et si vous ne riez pas du début à la fin, franchement j’ai plus qu’à fermer le blog. Ou vous avez plus qu’à vous racheter un second degré.

Test PC du point and click The Wardrobe

Bref, C.I.N.I.C Games TI AMO ! Merci pour ce moment / Grazie per questo momento. <3 Ouais je suis aussi bilingue, et si vous voulez que je sois votre testeuse officielle de jeux vidéo je signe direct.

C’est 15 boules sur Steam, c’est 5 à 7h de jeu facile à moins que tu sois une lumière (mais une lumière vraiment très perchée hein), du coup on crie pas au vol !

Les plus

  • Ses graphismes cartoon très réussis
  • Des centaines de références popculture pour nostalgeeks
  • De l’humour, beaucoup d’humour, du sarcasme & du politiquement incorrect
  • Fait par et pour les fans de LucasArts
  • Unique en son genre
  • Une vraie bouffée de fraîcheur
  • Un perso principal attachant avec qui on forme un duo de choc
Les moins
  • Les énigmes carrément tirées par les cheveux
  • La bande-son répétitive
  • Skinny manque un poil de répliques
  • La fin est un peu trop abrupte
  • MORTEL

    17.5/20 (la précision)

    2 Comments

    • Salut,
      Je vois effectivement que tu aimes beaucoup les « Point & Click ». Celui-ci m’a l’air particulièrement très amusant. J’adore les personnages de jeu qui sont sarcastiques. Cela me donne vraiment envie de tester cette œuvre vidéoludique. Est-ce qu’elle est chère ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *