La série The Witcher de Netflix a-t-elle (en)sorcelé Geekmick ?

Série The Witcher

L’heure est venue pour moi de vous parler de The Witcher – pas le jeu, ni les livres mais la série produite par Netflix. Tu ne connais pas l’univers de The Witcher ? Je suis plutôt étonnée, en tant que lecteur/trice assidu/e de Geekmick, tu dois être familier à ce type de jeux … Toujours pas ? Alors laisse-moi te conter l’histoire de Geralt de Riv, en quelques mots. Pour les autres, ça vous fera une piqure de rappel. Allez vous servir un thé/café/chocolat chaud et reprenez votre lecture plus bas.

Geralt est ce qu’on appelle un sorceleur, un mix un peu mystérieux entre un magicien et un guerrier. Le monde dans lequel évolue Geralt s’appelle le Continent et celui-ci est peuplé de créatures magiques féroces (héritées de l’heroic fantasy) qu’il s’évertue à tuer pour sauver des paysans apeurés (et se faire un max de $$$). L’univers de The Witcher est un savant mélange de magie, de politique et de combats. Un peu à la Game of Thrones, les différentes populations se font la guerre « pour le royaume et pour la gloire ». Ce monde est peuplé de magiciens, de mages et de sorceleurs et cohabite plus ou moins avec le reste de la population. Et si ça ne t’as pas assez donné envie, voici un petit trailer :

Je place ici un gros disclaimer à l’attention des fanatiques de l’univers : je n’en suis pas une (désolée). Les livres ne m’ont jamais attirée (je me cantonne aux polars français) et les jeux The Witcher … ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Disons simplement que l’action-RPG n’est tout simplement pas mon style de jeu. J’ai joué à The Witcher 3 sur PS4 mais ça n’a pas fonctionné sur moi. Le côté “Je dois tuer un griffon mais avant je dois récupérer des herbes pour l’attirer que je n’obtiendrais qu’en discutant avec l’aubergiste du village voisin à qui je dois rendre service en capturant un elfe des marécages” m’a gonflée au plus haut point.

L’avis que je vous délivre quant à la série est donc celui d’une noob de l’univers qui se base seulement sur les événements de la série. Voilà, maintenant que c’est lâché, je vous propose de lire la suite :’)

Who the fork is the Witcher ?

Geralt et Jaskier

La série The Witcher (vue par Netflix) nous présente un Geralt de Riv froid, mal-aimable et foutrement sexy (pas vu un mec sale et mal coiffé aussi sexy depuis Aragorn). Dès le début, on comprend qu’il est l’un des personnages principaux et qu’on va le suivre sur plusieurs époques. En parallèle, on suit une mystérieuse jeune fille bossue et défigurée appelée Yennefer. Elle fait ses armes dans une école de magie bien moins cool que Poudlard. Tout cela est entrecoupé de scènes où l’on suit une jeune princesse appelée Cirilla qui va bientôt devoir affronter le froid, la solitude et le seum (pas cool de perdre sa famille). J’en dis volontairement très peu car, vous le verrez par la suite, The Witcher demande de la concentration et suscitera votre curiosité.

Bon maintenant qu’on a posé les bases, voici mon avis sur The Witcher : et bien j’en sais rien. A cet instant de ma chronique, il m’est impossible de choisir entre le camp du “cette série est géniale” et “ouais bof ça se regarde”.

Un univers beau et riche

Les paysages de The Witcher

J’ai adoré l’univers puissance x10000. La série reprend les mythes de l’heroic fantasy avec brio : dragons, changelins, striges, faunes, elfes etc…  J’ai aimé retrouver cette guerre de pouvoir entre les peuples (enfin surtout entre les rois – parce que le peuple, tout le monde s’en balek). Autre chose fortement appréciable et qui permet de s’imaginer l’étendue du Continent : la diversité des paysages et des environnements. Les personnages évoluent dans différents types de climats et de lieux : on passe aisément de forêts enneigées à des jungle tropicales avant de faire un petit tour dans un désert sans fin. Comme dans d’autres sagas du genre, ça permet de poser les bases d’un univers complet potentiellement déclinable à l’infini (par l’infini, j’entends une deuxième voire troisième saison).

Une narration pas évidente

Cependant, quelque chose m’a très vite dérangée dans The Witcher. La narration pose un réel problème. La façon qu’on eu les scénaristes de se représenter le passage du temps et les époques peut laisser place à la confusion. Je rappelle juste que je ne suis pas franchement familière à l’histoire du personnages, donc pour moi c’était impossible de dater les évènements en comparaison avec ce qui existait déjà (livres et jeux). On comprend assez tardivement que les deux arcs principaux n’ont pas lieu en même temps et ça pose un réel problème. Une indication temporelle (et pourquoi pas géographique pendant qu’on y est) aiderait à la compréhension générale de certaines situations. Et comme si ce n’était pas assez compliqué, certaines espèces vieillissent moins vite que les autres (l’intrigue va se passer sur plusieurs dizaines d’années !). Les épisodes s’enchaînent et on a réellement du mal à déterminer combien de temps se passe entre chaque scène.

Le cas du Kinder-surprise

Il y a une deuxième chose qui m’a dérangée au début de la série et à laquelle je me suis habituée par la suite. C’est la résolution des intrigues. Elle est faite d’une façon étrange. Prenons l’exemple de l’épisode 4 qui permet d’en savoir plus sur Cirilla, la princesse de Cintra. No spoil, c’est promis. Le droit de surprise (qui est une coutume propre à The Witcher) intervient sans crier gare, tu ne comprends pas franchement ce que c’est, ça te parait tiré par les cheveux mais tu es obligée d’y croire parce que c’est comme ça et pas autrement. Disons que quand l’intrigue du droit de surprise apparaît, on se demande où va la série, ce que ça vient foutre là et pourquoi c’est si important. Ce schéma se reproduit dans la plupart des épisodes et te fait te poser des questions auxquelles la série te répond “Shut up, it’s magic”. Disons que dans certains épisodes, il est clairement impossible de deviner ce qu’il se passe car cela semble toujours plus farfelu (j’aime ce mot).

Yennefer et Geralt : une relation compliquée

Un certain manque de contexte

La série manque de contexte. Et là c’est la noob de l’univers qui vous parle. J’aurais aimé une explication claire sur le Continent, la conjuration des sphères, la différence entre les mages et les sorceleurs etc … Prenez le tout début de La Communauté de l’Anneau, le récit de l’univers aide à la compréhension. Dans le même style, j’aurais aimé apercevoir une carte du Continent pour me repérer plus facilement entre le Sud, le Nord, Nifgaard etc… Mais c’est vrai que devant le peu d’explications, on peut vite perdre un peu l’intérêt et on peut avoir du mal à suivre. J’en ai parlé avec quelques amis et nous avons tous remarqué ça. A partir de l’épisode 3, je me suis forcée à poser mon smartphone loin de moi pour ne pas décrocher pendant. Et en faisant ça, j’ai vraiment apprécié la série. Je ressors de la série avec des dizaines de questions sur l’univers et quelque part c’est positif ! Netflix a réussi le pari de me donner envie d’en savoir plus sur cet univers qui ne m’avait pas plu dans le jeu. Je serais carrément chaude pour une deuxième saison en espérant avoir des réponses à mes questions. Bon j’avoue c’est aussi pour pouvoir mater Geralt sous toutes ses coutures. Ce qui m’amène au dernier point que je souhaitais évoquer ici : les personnages de l’univers de  The Witcher.

Since when this became hotter than this ?

Yennefer selon deux époques

Vous l’aurez compris, j’ai eu un gros crush sur Geralt de Riv. J’aime plus les cheveux longs depuis le lycée mais faut bien avouer qu’il est canon (pas quand il les détache dans l’épisode 5, berk). Je vais arrêter mon instant fangirling ici pour vous épargner. Geralt n’est non seulement sexy mais c’est surtout un personnage très intéressant. On devine un sombre passé, rien que par le fait qu’il est un sorceleur – on sait qu’il est issu d’une mutation faite par quelqu’un mais manque de contexte oblige, tu n’en sauras pas plus dans cette saison. Les sorceleurs semblent détestés par tout le monde et Geralt en fait les frais dès le premier épisode. J’ai pris plaisir à suivre ses aventures romantiques qui montrent une facette de lui plus nuancée (c’est sympa le côté gros dur qui tue des monstres mais ça va bien cinq minutes). Ces aventures amoureuses occupent une certaines partie de la série (vraiment ça suffit la sueur, le sang et les boyaux) et sont cohérentes quoiqu’un peu grossières parfois (le gros bécot entre les deux protagonistes qui créé un méga champ de force qui tue les ennemis – euuuuh excuse moi WTF ?).

Je me suis très fortement attachée à Jaskier qui accompagne Geralt dans ses aventures. C’est un barde qui, inspiré par le personnage, chante ses louanges auprès de la populace. En plus d’être foutrement drôle, Jaskier permet de nuancer le caractère de Geralt et ça donne des moments hilarants mais aussi des moments tristes. Et puis faut bien avouer que « Jette un sou au sorceleur » me reste en tête depuis !

Vous l’aurez compris, Geralt a un succès particulier auprès de la gente féminine (et je ne parle pas que de moi !) et il croisera la route de Yennefer, la magicienne très puissante qu’on suit depuis le début. En plus d’avoir une histoire très intéressante, la jeune fille a un caractère fort qui fait mouche auprès des autres personnages.

Le conseil des Mages

J’ai l’air d’avoir dressé un portrait relativement négatif de la série et pourtant … J’ai absolument adoré me plonger dedans. Chaque épisode donnait envie de voir la suite et j’ai assez aimé le côté stand-alone des épisodes avec un fil rouge entre eux. Ça pose les bases de l’univers tout en permettant d’approfondir les personnages. Je l’ai déjà dit ici mais j’ai souvent été déçue par les séries Netflix et malgré tout ce que j’ai pu dire plus haut, je trouve celle-ci plutôt réussie. Pas parfaite mais elle a le mérite d’exister et permet à des noobs de l’univers The Witcher de s’y pencher, s’y intéresser et pourquoi pas à tester les jeux et lire les livres !

J’espère qu’une saison 2 verra le jour mais je pense que cela sera le cas. Avec des acteurs aussi bon (mention spéciale pour Anya Chalotra qui incarne Yennefer, sublime et juste), un univers aussi chouette (je radote) et des intrigues comme celle-ci, je n’ai aucun doute de voir une suite un jour !

Les + de la série :
– Un univers heroic fantasy riche
– Des personnages nuancés interéssants à suivre
– Geralt de Riv (ouais encore !)
Les – de la série:
– Un manque de contexte qui peut mener à un décrochage
– La résolution des mystères « facile »
– Manque de repères spatio-temporels

Ma note finale

8,5/10
Written By
More from June

Les Geekmick Award 2019 pour les séries et les films

Hello les geekous, j’espère que ce début d’année se passe bien pour...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *