[Hors-Jeu] J’ai testé pour vous l’isolation sensorielle à Meïsō

Isolation sensorielle dans la série Stranger Things

On dirait peut-être pas comme ça, mais entre deux parties de jeux vidéo, j’adore méditer. Ça me calme et canalise ce trop plein d’énergie que j’utilise pas toujours de la meilleure façon. Eh ouais, attention cet article va être un peu plus en mode racontage de vie que tout ce que vous avez pu lire jusqu’ici (plus en mode lifestyle tchu vois). Petit point science : savez-vous qu’il existe un lien entre les jeux vidéo et la méditation ? Sisi vraiment : ils retarderaient tous les deux le vieillissement du cerveau ! Vous vous foutrez moins de ma gueule quand on se retrouvera en maison de retraite. Mais bref, passons. Si je vous parle méditation, c’est parce qu’il y a maintenant deux semaines je suis partie tester un truc de fou à Paris : l’isolation sensorielle. C’est complètement hors-sujet (enfin plus ou moins, on en a entendu parler dans quelques séries SF ^^) mais je me suis dit que c’était l’occaz de vous faire un article « hors-jeu ». C’est vrai quoi ya pas qu’les jeux vidéo dans la vie !

Mais comment je me suis retrouvée à aller tester ça ? Je suis tombée sur une vidéo par hasard en cherchant un cadeau… Et comme avec une poto on aime se faire une activité insolite par mois (vous devriez essayer, y’a pas mieux pour se sortir de sa zone de confort), on s’est dit BANCO !

L’isolation sensorielle c’est quoi ?

Fringe : Olivia Dunham dans le caisson d'isolation
Je vous rassure je n’avais pas d’électrodes et n’ai ingurgité aucune drogue pour cette expérience

Avant de vous parler de mon expérience dans le centre Meïsō (que j’ai un peu choisi par hasard, c’était l’un des premiers résultats en tapant « isolation sensorielle »), je voulais vous redéfinir le concept.

Vous vous rappelez sans doute le passage où Olivia Dunham est plongé dans un caisson d’eau salée (quoique dans mon souvenir c’était une eau glacée ?!) dans Fringe afin de se remémorer des souvenirs ? On l’a aussi vu plus récemment avec Eleven, dans Stranger Thing, qui utilise le caisson d’isolation pour canaliser ses super-pouvoirs. Ici, pas de super-pouvoirs à canaliser, pas d’électrodes et pas d’administration de LSD nan plus (ouais, me semble que dans Fringe, Olivia Dunham s’en prend une sacrée dose mais là non, désolée les gars) ! Juste la promesse de véritablement lâcher prise (ou du moins d’essayer) pendant une heure. Ce qui est déjà franchement pas mal, non ?

John C Lilly Créateur de l'isolation sensorielle
Le créateur du caisson d’isolation avait quand même grave le swag ! Look savant hippy fou

Ca c’était le point culture séries. Maintenant, passons au point historique : le premier caisson d’isolation sensorielle a été développé en 1954 par le chercheur John Cunningham Lilly dans le cadre de ses travaux sur la conscience. Immergés dans des caissons remplis d’eau et privés de toutes stimulations sensorielles extérieures, les gens atteignaient selon lui un niveau de relaxation ultra profond, similaire à l’état méditatif. Il paraît même que dans les années 80, certains américains avaient leurs propres caissons chez eux ! Les veinards !

Depuis, ces caissons contiennent de l’eau et une grande quantité de sel d’Epsom, deux fois plus de sel que la mer morte, c’est dire ! Cela permet de totalement flotter sans avoir à fournir le moindre effort. L’absence de lumière (ou alors un éclairage très léger) et de son, ainsi que l’utilisation de bouchons d’oreille permet de s’isoler totalement et de se retrouver seule avec soi-même (promis c’est pas si horrible, même quand un singe à cymbales habite notre cerveau) pendant une heure. Autres détails importants : l’eau est à la température du corps (36-37°) et pour plus de confort, vous êtes bien évidemment tout nu. Mais tout seul dans votre cabine, rassurez-vous ! 😉 Bref, tout est pensé pour que vous vous détendiez pendant cette heure où l’on perd toute notion du temps et de l’espace.


L’isolation sensorielle est pleine de bienfaits
. Elle est notamment recommandée pour les insomniaques, les gens stressés ou fatigués, les sportifs qui souhaitent se préparer pour une grosse compét’ (certains adorent visualiser dans ces caissons) ou au contraire récupérer, ou encore pour ceux qui souffrent de maladies de peau comme l’eczéma ou le psoriasis. En fait, elle est recommandée pour à peu près tout le monde.

Du coup, je sais pas vous mais moi quand j’ai lu tout ça j’ai eu très très envie de tester ! Et après quelques recherches je me suis donc dirigée vers le centre le plus proche (à Rouen un SPA en proposait mais il a fermé…), qui avaient de très bonnes appréciations : le centre Meïsō à Paris !

Mon accueil à Meïsō – Paris

Centre d'isolation sensorielle Meiso à Paris
Et même qu’il y a un petit chat pour vous accueillir !

Quand on traverse le boulevard barbès, sa pollution, ses klaxons et ses types qui te demandent comment tu t’appelles, où t’habites et si ça t’dirait une glace à la menthe, on a un peu du mal à se dire qu’un petit havre de paix s’y planque. Pourtant une fois qu’on passe la petite porte discrète du centre, on se sent tout de suite bien. On m’accueille et m’invite à enlever mes chaussures et à me poser dans l’un des deux salons : en bas, une forêt de hamac dans l’obscurité que je repère pour redescendre de ma séance d’isolation sensorielle, et en haut de la mezzanine un petit salon rempli de matelas, de coussins, de bouquins et de jeux de société. Le tout avec tisane, eau et thé à volonté. Le café est proscrit avant la séance.

Je me sers une deuxième petite tasse de tisane jusqu’à ce qu’on me dise que c’est peut-être pas une bonne idée avant l’heure qui m’attend. Oups, c’est pas faux…

13h30 : on nous présente un peu le concept, on nous pose quelques questions pour ensuite nous proposer différents programmes à choisir selon ce qu’on est venu chercher ici :

  • Le « puriste » : 1h de silence total, perso pour une première fois j’étais pas prête
  • Les bols tibétains : 10minutes de bols tibétains pour préparer les 50 minutes suivantes de relaxation
  • Relaxation : 20min de relaxation guidée + 40 minutes de silence, idéal pour ceux qui ont du mal à lâcher prise
  • Méditation : 20min de méditation + 40 minutes de silence
  • Créativité : 20min pour « réveiller votre artiste intérieur », une sorte d’invitation au voyage suivie des 40minutes de silence, ce programme n’est pas trop conseillé pour les novices pour la simple et bonne raison qu’il se concentre un peu moins sur les sensations liées à l’isolation sensorielle. Par contre, il me tente beaucoup pour une prochaine fois.

Je me tourne assez naturellement vers le programme méditation, avec tout de même une petite hésitation pour les bols tibétains et je demande le noir complet. A ce moment là je me dit que je suis peut-être un peu folle et qu’il va pas falloir que je pense aux dents de la mer et me mette à taper une crise d’angoisse dans le caisson. Heureusement on me dit que je pourrai à tout moment ouvrir la porte si j’en ressens le besoin.

« combien de personne ont posé leur cul nul ici comme moi en se posant cette question ?! »

Cabine spatiale de flottaison à Meiso
Ouh yeah, ça c’est ma cabine !

Il y a 4 cabines au choix plus ou moins spacieuses. Perso, j’ai plutôt envie d’un truc pas trop spacieux pour une expérience plus immersive. Je croise ma poto complètement stone qui vient tout juste de libérer la dernière cabine dispo, je lui parle brièvement pour la laisser atterrir tranquillement et découvre donc ma cabine : le caisson spatiale de flottaison. Trop cool, c’est celui que j’avais repéré sur le site.

Je me mets sous la douche et me rend compte que j’ai zappé de mettre mes bouchons d’oreille. Hop, je rectifie vite le tir, et prépare le petit spray d’eau tout près de la porte dans le cas où je me mettrai de l’eau salée dans les yeux. Ce qui n’est vraiment pas recommandé, mais comme je connais ma maladresse légendaire…

Je commence à fermer la porte et me dit « merde, mais je vais faire comment si le spray est dehors et que je me fous du sel dans les yeux et que dans le noir je trouve pas la porte ???! ». Des questions existentielles quoi ! Je laisse la porte entrouverte, glisse mes pieds dans une eau presque visqueuse en faisant bien gaffe à mes gestes. Je m’assois en re-réfléchissant à ce que je fais pour le spray d’eau tout en me disant « combien de personne ont posé leur cul nul ici comme moi en se posant cette question ?! ». Berk. Je finis par m’allonger et observer le plafond. Oh ya une silhouette lumineuse qui m’observe là-haut ! Oh wait, en fait c’est une sorte de miroir. C’est donc mon reflet lumineux que j’observe ! Chelou. J’attends 5minutes comme ça et me dis « eh mais, quand est-ce qu’elle parle la nana ? Ya pas une nana qui parle pour le programme méditation ?! ». Puis je me dis « peut-être que je devrais finalement fermer complètement cette porte ? ». GG Violaine, sans trop savoir si c’est grâce à ça, le programme méditation commence enfin ! Je ferme fébrilement la porte tout en me demandant dans quoi je me suis embarquée et je m’allonge…

Je profite de ces dernières minutes de lumière pour observer ma silhouette lumineuse tout en m’essayant à des gestes bizarres dans l’eau. Je fais le serpent avec mes bras et non seulement c’est agréable mais en plus ça rend plutôt pas mal« Eh mais…faut peut-être que j’écoute la nana qui me parle, non ?! »

« En apesanteur, pourvu que les secondes soient des heures »

Noir complet, silence total. Je ne sais pas vraiment à quel moment la nana a arrêté de parler, ni depuis combien de temps je suis ici. Pourtant j’ai bien suivi le programme jusqu’au bout, me suis concentrée comme conseillé sur ma respiration, les sensations de mon corps en mouvement dans cette eau, mais je n’ai pas eu le temps de voir venir le silence. Je me rends compte que je peux encore plus lâcher ma tête qui est tenue sans que je n’ai à fournir le moindre effort. L’eau arrive juste au-dessus des yeux sans même rentrer dedans et je me sens légère. Ma nuque qui en avait bien bavé ces derniers temps me remercie.

Plein de petites pensées surgissent dans ma tête. Des proches viennent vite faire un petit coucou à mon subconscient. Si rapidement que je n’ai pas même le temps de comprendre quoi que ce soit. Je me demande si ma pote s’est mis du sel dans les yeux et me marre toute seule (spoiler alert : cette grognasse d’amour l’a fait). Je me demande si c’est bientôt fini ou si ça ne fait que commencer. Je me demande ce que je fous là. Je m’amuse à me balancer avec mes pieds et mes bras, à me faire tourner, à tester plusieurs positions pour mes bras jusqu’à trouver ma position parfaite : un bras en l’air, l’autre vers le bas. Ne me demandez pas pourquoi.

Je décide de rouvrir mes yeux pour être sûre de rester bien éveillée. Deux secondes plus tard je me fais surprendre par des spasmes, « mince, j’étais en train de dormir ? Mais j’avais les yeux ouverts, non? J’espère que j’ai pas dormi 40minutes et que ça va pas se finir maintenant ! En vrai, c’est bientôt fini ou je viens genre juste de commencer ?! ». Puis je dis gentiment à mon mental (et mon petit singe à cymbales) d’arrêter de bosser et de me laisser profiter et ça finit par marcher… Enfin, peut-être que j’ai dormi… j’en sais trop rien ! On dit que souvent les novices ont du mal à ne pas s’endormir.

La lumière s’allume doucement avec des petits oiseaux en fond sonore. L’espace de quelques minutes je ne comprends pas trop ce qui m’arrive et suis persuadée que ce sont de vrais oiseaux et que le toit de mon caisson s’est ouvert sur l’extérieur… « Oh bordel mais il fait jour ??!! ». Welcome back to reality.

Après une longue douche pour enlever le sel, je sors et l’un de mes hôtes me demande comment ça s’est passé. Ma réponse devait à peu près ressembler à ça :

Heureusement, on me laisse assez vite tranquille pour que je puisse aller me reposer dans le petit salon et rejoindre ma gow qui a déjà bien eu le temps de redescendre.

Le retour à la réalité en plein boulevard barbès est assez horrible. Je suis pas trop capable de parler, jusqu’à ce qu’on retrouve un coin plus tranquille pour se poser. En fait j’ai un peu la même impression que celle que j’avais eu après ma première anesthésie générale sans le côté horrible de l’hôpital. Je suis complètement stone, j’ai très envie de dormir et en même temps je redouble d’énergie. Ouais, c’est très contradictoire, mais je n’ai pas trouvé de meilleurs mots pour exprimer mon état. Aussi, les quelques douleurs physiques que j’avais ont complètement disparu.

Les jours suivants, j’ai eu un sommeil tellement réparateur que je ne pensais qu’à une chose : ma prochaine nuit. J’étais pas du tout en dépression hein, loin de là, mais j’avais presque l’impression de retrouver cette sensation d’apesanteur, d’être hyper lourde et hyper légère à la fois, au moment d’aller me coucher. Par contre, bizarrement j’ai pas eu envie de méditer pendant la semaine qui a suivi. Comme si j’avais eu ma dose…

Pas de doute, j’y retournerai ! Mais cette fois-ci je demanderai sans doute une petite lumière, et un autre programme (les bols tibétains ou le « créativité »).

Meïsō : les Infos Pratiques

Meiso : centre d'isolation sensorielle

C’est bien beau tout ça, mais c’est bien évidemment pas gratuit !

Pour une heure de méditation comptez 60€, ou 45€ si vous êtes étudiant/demandeurs d’emploi/auto-entrepreneurs ou si vous prenez un abonnement mensuel (vous pouvez reporter vos séances et avez un minimum de 4 mois d’engagement, vous pouvez aussi en faire profiter les copains). Eh oui, c’est pas donné ! Après, s’offrir un moment pour soi, hors du temps, ça n’a pas de prix ! Quand on voit le prix que coûte un massage d’une heure et/ou d’une séance chez l’ostéo, c’est franchement pas si déconnant.

Il y a plusieurs centres en France, mais surtout dans les grandes villes. De ce que j’ai pu voir, les tarifs sont les mêmes partout. Si vous voulez tester chez Meïsō, voici les infos :

Le lieu :
L’Oasis MEÏSŌ
(au fond de la cour)
51 boulevard de la Chapelle
75010 Paris

Tarifs & Résa sur https://www.meiso.fr/ 

Cet article n’est absolument pas un article sponsorisé, même si, entre nous, j’aurais adoré me faire offrir la séance :p

Written By
More from Violaine

Test PC – Life is Strange 2 – Episode 1 : Un broad trip qui te prend aux tripes

Ouioui on sait… C’est pas le même studio qui a travaillé plus...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *